2ème film - L’éffrontée de Claude Miller

(actualisé le ) par C. Vidallet

Charlotte, treize ans, en a terminé avec l’enfance et si elle sait ce qu’elle ne veut plus être, elle ne sait pas encore ce qu’elle veut devenir. L’adoration que lui voue Lulu, une petite voisine de six ans, l’agace, et elle est fascinée par Clara Bauman, enfant prodige et pianiste surdouée qui a le même âge qu’elle.

Critiques du film rédigées par les élèves membres du ciné-club

J’ai beaucoup aimé ce film dans lequel Charlotte Gainsbourg incarne superbement cette adolescente à la fois rebelle, introvertie, lunatique, pleine de doutes mais surtout pleine de rêves. Son souhait le plus cher : rencontrer, devenir amie, ou même être comme la pianiste Clara Beaumman.
Elle est très male dans sa peau, elle construit un mur entre elle et ses parents, ses professeurs, ses camarades...
Les seules personnes à qui elle se confit son Léone : sa bonne, Lulu : une petite fille de son voisinage, et Jean : un ouvrier ou marin qu’elle rencontre près de chez elle.
C’est une jeune fille très impulsive en pleine " crise d’adolescence ". Elle pense que ce Jean, avec qui elle noue un lien assez particulier : entre celui d’un grand frère et celui d’un petit ami, la comprend et la protègera. Dés la deuxième fois où ils se voient, Charlotte monte dans sa voiture et Jean l’embrasse. Ceci m’a vraiment choquée car les deux personnages ont environ 15 ans d’écart voire plus, Charlotte est une adolescente et c’est la deuxième fois qu’ils se voient !
Insouciante, Charlotte continue à le voir, mais c’est une relation très malsaine car Jean boit beaucoup, l’emmène faire des activités pour adultes, sans se soucier que Charlotte n’est pas à l’aise et souffre. Sous l’effet de l’alcool, il l’emmène dans sa chambre et bêtement Charlotte accepte. On se doute qu’il va se passer quelque chose d’horrible. À ce moment là, j’ai vraiment eu peur pour Charlotte et j’avais raison...
Jean coince Charlotte sur son lit et essaie de la violer. Heureusement, elle réussit à se saisir d’une lampe en verre, lui fracasse sur la tête et part en courant. Cette scène est vraiment forte pour le film car on est très inquiets pour elle.
En parallèle avec cet événement, elle rencontre son idole, Clara Beaumman, dans une brocante. Grâce à Jean, elle entre dans sa demeure de luxe et la voit. Peu à peu, les deux filles deviennent amies, et Clara propose à Charlotte de l’accompagner pour sa tournée. Enchantée de pouvoir quitter la routine ennuyeuse d’une adolescente de la campagne, elle prévient tout le monde qu’elle va partir avec Clara. Alors elle appelle chez elle mais jamais personne ne lui répond. Elle refuse d’admettre que Clara l’a oubliée car tous ces espoirs reposaient sur cela. Elle envie tout de Clara : sa beauté, son talent, sa joie, sa richesse, son intelligence et sa vie. Elle va voir son concert, et à la fin elle reçoit une lettre de son idole par son mangeur. Elle comprend définivement qu’il ne sert plus à rien j’espère. Lors de sa conversation finale avec Lulu, elle lui fait croire, faussement assurée, que son rêve de tournée était une plaisanterie. C’est assez touchant car cela révèle encore plus sa grande pudeur.
Pour finir, je dirais que c’est un film touchant et fort en émotions notamment grâce à des phrases comme "la vie est brusque" ou "j’voudrais être n’importe qui sauf moi". On suit Charlotte au long de son adolescence, qu’elle trouve ennuyeuse. Elle se réfugie dans des rêves presque impossible. À la fin, elle ressort plus ouverte grâce à ses erreurs.
(Agnès)